Détection
Découvrez notre large gamme d'outils de protection incendie, afin d'être équipé comme il se doit en cas de départ de feu ! Nos détecteurs de fumée permettent de repérer la présence de fumées dans l'air, et d'alerter les occupant d'un logement avant qu'ils ne soient en danger. Les détecteurs de monoxyde de carbone assurent une protection contre...
Découvrez notre large gamme d'outils de protection incendie, afin d'être équipé comme il se doit en cas de départ de feu ! Nos détecteurs de fumée permettent de repérer la présence de fumées dans l'air, et d'alerter les occupant d'un logement avant qu'ils ne soient en danger. Les détecteurs de monoxyde de carbone assurent une protection contre les intoxications au monoxyde de carbone, gaz invisible, sans odeurs et mortel pour tout être vivant. Seul un détecteur de co peut le repérer. En choisissant un détecteur de chaleur, vous équipez le garage, le grenier et tout autre pièce humide, poussiéreuse et toute zone déconseillée pour l'utilisation de détecteurs de fumée contre les départs de feu. Nos détecteurs de fuites d'eau et de gaz sauront également vous prévenir à temps avant une inondation, une intoxication au gaz ou même une explosion. Protégez votre famille grâce à nos produits de qualité, issus des plus grands fabricants d'outils de protection incendie au monde !
Détails

Détection Il y a 69 produits.

Sous-catégories

  • Détecteurs de fumée

    Un détecteur de fumée est un appareil électronique qui analyse l’air ambiant en continu. S’il repère des particules de fumée, il émettra une alarme sonore de 85 dB qui indiquera un danger potentiel. Grâce au détecteur de fumée, il est possible d’évacuer un logement à temps en cas d’incendie.

    Fonctionnement du DAAF :

    Le capteur photo-électrique émet un faisceau laser à l’intérieur d’une chambre de détection. La forte présence de particules de fumée interrompra le laser et déclenchera l’alarme sonore.

    Le DAAF, plus généralement appelé détecteur de fumée est un outil de protection très efficace pour sauver des vies lors d’incendie. S’équiper d’un détecteur de fumée deviendra une obligation pour l’ensemble des ménages français d’ici Mars 2015, par la mise en place du décret Morange et Meslot. Cette loi va permettre de réduire considérablement le nombre de victimes d’incendies en France en permettant d’alerter les habitants assez tôt pour une évacuation efficace. D’autres pays d’Europe l’ont déjà imposée à leurs habitants et on vu une nette baisse du nombre de décès liés à l’incendie.

    Qui est soumis à la loi sur les DAAF ?

    Toutes les habitations individuelles ou collectives, quelque soit l’année de construction sont concernées par cette loi. En général, c’est le locataire qui doit protéger son logement à l’aide d’un détecteur de fumée, s’il n’est pas loué meublé. Dans certains cas, comme les locaux saisonniers, les hôtels, ou si le logement est loué meublé, c’est le propriétaire qui doit réaliser l’installation des détecteurs de fumée.

    Installer un détecteur de fumée devient donc un acte obligatoire et responsable pour protéger sa vie et celle de sa famille contre les incendies. Il est indispensable d’équiper son logement d’au moins un détecteur de fumée par étage, et de le placer dans les couloirs afin que l’alarme sonore soit audible le plus facilement dans tout le logement.

    Mais avant d’installer son détecteur de fumée, il faut choisir un modèle adapté à sa situation, ses attentes, …

    Les modèles de DAAF :

    Différents modèles sont proposés sur le marché, et sont plus ou moins fiables. Certains éléments vous permettent de faire le bon choix. La loi de Mars 2015 impose que le détecteur de fumée installé soit certifié EN14604. Cette norme assure au propriétaire de l’appareil qu’il respecte les prescriptions données par l’état en matière de protection. En effet, la norme EN14604 détermine plusieurs conditions :

    • Le détecteur de fumée doit bénéficier d’une alerte de fin de vie de la pile, afin de permettre aux habitants de changer les piles avant qu’elles ne soient vides et d’être toujours protégé.
    • La norme NF n’est pas obligatoire pour les détecteurs de fumée. Cependant, elle apporte une certification supplémentaire concernant le suivi de qualité du produit.
    • Sur l’appareil doivent figurer le nom, l’adresse du fabricant, la norme de référence, la date de fabrication ou le numéro de lot, la date de remplacement et les instructions à l’attention de l’utilisateur. Ces éléments doivent être inscrits de manière indélébile sur l’appareil.
    • Le DAAF doit impérativement bénéficier d’un bouton de test, permettant à son propriétaire de vérifier le bon état de fonctionnement du détecteur à tout moment.

    De nombreux modèles de détecteurs de fumée sont disponibles et s’adaptent aux attentes et au budget de chacun. Par exemple, vous pouvez trouver des détecteurs de fumée standard, ne possédant que le strict minimum pour protéger votre logement,  le bouton de test. D’autres modèles avec bouton de pause sont disponibles, assurant à son propriétaire la possibilité de mettre en pause l’appareil pendant une durée de 10 minutes. Le détecteur se réenclenche automatiquement au terme de ce délai.

    Le choix de l’alimentation vous incombe également. De base, la plupart des détecteurs sont équipés d’une pile 9 volts ou de 3 piles 1.5 vols alcaline. Leur durée de vie est généralement d’une année maximum. D’autres versions à piles lithium peuvent bénéficier d’une durée de vie de 5 ans. D’autres encore sont équipés de base d’une pile au lithium scellée, garantie 10 ans, assurant la longévité de l’appareil.

    Enfin, les personnes souhaitant une protection optimale de leur logement pourront choisir les modèles interconnectables. Il en existe deux types, ceux se connectant par fréquence radio et ceux par liaison filaire. Les DAAF interconnectables sont particulièrement adaptés pour les logements à plusieurs étages, ou même si vous souhaitez protéger plusieurs logement simultanément. Grâce à cette fonction, lorsque l’un des appareils émet une alerte sonore, tous les appareils retentissent pour alerter les habitants du danger. C’est l’assurance d’entendre l’alerte donnée, dans tous les recoins du logement.

    Maintenant que vous avez les outils pour sélectionner le modèle le plus adapté à vos besoins, voyons où installer votre nouveau DAAF.

    Installer son DAAF :

    L’air doit impérativement accéder à la cellule photoélectrique du détecteur de fumée afin qu’il puisse émettre une alerte sonore. Il faut donc le placer au centre de la pièce et au plafond, car la fumée est plus légère que l’air.

    Il est recommandé de placer un  détecteur de fumée par étage au minimum, dans les couloirs afin qu’ils soient audible le plus facilement possible ainsi qu’à proximité des chambres. Lors d’un profond sommeil, il est possible de ne pas entendre l’alarme du détecteur s’il est dans une autre pièce ou si la porte est fermée. Il est donc essentiel de placer un avertisseur autonome de fumée dans la chambre ou à moins de 3 mètres de celle-ci.

    Afin de s’assurer que le détecteur est toujours en état de fonctionner, il suffit simplement de presser le bouton de test situé sur le boîtier de l’appareil. Le test s’effectuera automatiquement et en fonction de l’appareil, réagira comme indiqué dans la notice d’utilisation. Pour assurer l’entretien de votre détecteur de fumée, vous pouvez faire appel à un professionnel une fois par an. Nettoyez régulièrement le DAAF à l’aide d’un chiffon humide et assurez-vous qu’il ne soit pas couvert de poussière.

    Enfin, il faut savoir que les détecteurs de fumée ne sont pas efficaces ni même conseillés dans toutes les pièces d’un logement. En effet, les fumées de cuisson peuvent déclencher l’alarme de l’appareil de manière intempestive par exemple, tout comme les vapeurs d’eau provenant de la salle de bain, ou encore les gaz d’échappement.

  • Détecteurs de monoxyde de carbone

    Un détecteur de monoxyde de carbone est un appareil électronique doté d’un capteur électro-chimique. Il analyse le taux de monoxyde de carbone dans l’air et prévient d’un danger potentiel grâce à son alarme sonore. L’évacuation peut alors se faire efficacement.

    Chaque année, plus d’un millier de victimes du monoxyde de carbone sont recensées. Lorsque l’intoxication est prise à temps, il est possible de sauver les personnes atteintes. Malheureusement, il arrive que les secours arrivent trop tard, en général parce que l’intoxication se produit la nuit, en plein sommeil.

    Le monoxyde de carbone est un gaz généralement connu par les ménages français, mais très peu d’entre eux se sentent vulnérables par lui. Pourtant, le monoxyde de carbone, aussi appelé « CO » dispose de nombreuses sources de diffusion.

    Ainsi, tous les logements équipés des appareils à combustion suivants devraient s’équiper en détecteur de monoxyde de carbone :

    -        les chaudières (bois, charbon, gaz, fioul),

    -        les chauffe-eau et chauffe-bains,  

    -        les groupes électrogènes utilisés en intérieur,

    -        les inserts de cheminées, poêles,

    -        les chauffages mobiles d’appoint utilisés en continu,

    -        les cuisinières (bois, charbon, gaz),

    -        les moteurs automobiles dans les garages,

    -        des appareils détournés de leur usage normal en vue de servir de chauffage : réchauds de camping, panneaux radiants, fours …

    La plupart des logements possèdent l’un de ces appareils et ne sont pour autant pas équipés. Une mauvaise aération peut également être source de présence de co. Attention, pour les logements mitoyens, une mauvaise étanchéité du conduit de cheminée peut également répandre le co dans les logements voisins.

    Le monoxyde de carbone : un danger permanent

    Le monoxyde de carbone est un gaz invisible. Il n’a également pas d’odeur, de goût et est donc quasiment indétectable par l’homme. Il génère de nombreux symptômes difficilement associables à une intoxication au co, tels que des nausées, des maux de têtes, des vertiges, … Avec un taux plus élevé, on peut également apercevoir des pertes de mémoires, des hallucinations, … Enfin, lorsque le monoxyde de carbone remplace une trop grosse partie de l’oxygène dans le sang, la victime perd connaissance, peut tomber dans le coma, et décède.

     Le seul moyen efficace de le repérer est la présence d’un détecteur de co. Ce type d’appareil est équipé d’un capteur électrochimique, permettant d’alerter les occupants d’un logement en cas de potentielle intoxication. Il identifie le taux de co dans l’air et si l’appareil est équipé d’un écran digital, y inscrit la valeur repérée.

    De larges campagnes de communications ont été menées par le ministère de la santé. Et pourtant, le nombre de foyers équipés reste minime.

    S’équiper d’un détecteur de monoxyde de carbone est un moyen efficace de protéger l’ensemble de sa famille contre de possibles intoxications. Différents modèles sont proposés par les fabricants, avec plus ou moins de fonctionnalités.

    Les modèles de Détecteurs de monoxyde de carbone :

    La communauté européenne a instauré des normes à respecter afin d’assurer une protection efficace aux individus souhaitant s’équiper d’un détecteur de co. La certification EN50291 est donc obligatoire pour tous les détecteurs de monoxyde de carbone vendus en Europe. Cette norme assure que le produit est capable de repérer la présence de co par systèmes de seuils, et d’avertir par alarme sonore. Un bouton de test est doit également être présent sur le détecteur. Il permet de tester les circuits de l’appareil afin de s’assurer de son bon état de fonctionnement.

    L’alimentation de l’appareil est à choisir par l’utilisateur. De base, les détecteurs de monoxyde de carbone sont équipés de piles 1.5 volts, ou 9 volts. Il est également possible de choisir des piles au lithium afin de bénéficier d’une durée de vie de l’alimentation d’environ 5 ans.

    Un écran digital peut être ajouté afin de visualiser en temps réel le taux de monoxyde de carbone dans l’air. Il indique les pics repérés dans la journée. Il peut également permettre d’identifier une source de monoxyde de carbone grâce à son relevé en temps réel.

    Installer son détecteur de monoxyde de carbone :

    Le détecteur de monoxyde s'installe au mur, à hauteur des voies respiratoires. Il est indispensable à proximité des pièces de vie et des chambres si vous utilisez des moyens de chauffage mentionnés ci-dessus. Le monoxyde de carbone est plus lourd que l'air et se situe généralement vers le bas de la pièce. Il est recommandé d'installer au moins un détecteur de co par étage, afin d'être alerté efficacement même en cycle de sommeil profond.

     

    Sources : Pompiers de paris

  • Outil de test pour détecteurs

    Etre équipé d’un détecteur de fumée ou de chaleur est un bon début. L’idéal, est de s’assurer tous les ans qu’ils sont toujours en état de fonctionner. Le bouton de test de chaque appareil permet de vérifier les circuits électroniques de l’appareil. Le capteur quant à lui, ne peut pas être testé avec cette fonction. Il est donc important pour les entreprises de faire vérifier tous les ans leur parc incendie par des professionnels ou par des employés compétents. Cette catégorie est adaptée aux professionnels souhaitant proposer la vérification annuelle des détecteurs de fumée et de chaleur.

    Une vérification optimale :

    De nombreux appareils de test pour détecteurs vous sont proposés. Vous pouvez ainsi retrouver des kits complets apportant tous les outils de détection nécessaires pour vérifier le bon fonctionnement des appareils.

    Des perches télescopiques vous permettront d’accéder aux détecteurs installés sur les plafonds les plus hauts, et les bols de test apporteront un foyer étanche afin d’effectuer les tests de déclenchement.

    Les aérosols de tests diffusent un gaz simulant la présence de fumée afin de faire réagir l’appareil. Ce gaz est repéré par le capteur photoélectrique du détecteur de fumée. Il fait ensuite retentir l’alarme sonore de l’appareil dans le but de prévenir du bon état de fonctionnement du capteur.
    Pour les détecteurs de chaleur, le principe de fonctionnement est identique. Le capteur thermique est stimulé et s’il est opérationnel, il fera retentir l’alarme.

    Une rapidité d’action :

    Afin de réduire le temps passé sur chaque détecteur lors de la vérification, optez pour les outils de démontage. Ces modèles permettent de diminuer le temps passé à démonter l’appareil de son socle et de le remonter. Ces outils sont spécialement conçus pour les professionnels assurant les vérifications quotidiennement.

    Divers accessoires sont également proposés afin de réduire le temps de travail, de simplifier les manœuvres ou le transport.

  • Détecteurs de chaleur

    Le détecteur de chaleur est un appareil électronique qui permet de détecter une source de chaleur anormale avec son capteur thermique. Lorsque la température de la pièce dans laquelle il est situé atteint environ 60°C, le capteur thermique du détecteur de chaleur alerte les occupants du logement par le déclenchement d’une alerte sonore de 85dB. Cette alerte stridente assure à tous les occupants d’entendre l’alerte et d’évacuer rapidement.

    Les détecteurs de chaleur vous permettent de diminuer les risques liés à l’incendie. Ils sont essentiels pour repérer la présence de départs de feu qui peuvent ne générer aucune fumée, notamment lorsqu’ils se déclarent dans les murs. Les feux issus de dysfonctionnements électriques sont courants et peuvent ne pas être repérés par les résidents.
    La majorité des victimes de l’incendie est de nuit. Tout le monde dort et ne peut repérer la présence de fumée. Un détecteur de chaleur est donc indispensable, complété à un détecteur de fumée.

    Ajoutez des détecteurs de chaleur à votre système de protection incendie pour assurer une sécurité complète à votre famille et vous assurer de repérer tous types de feux.

    Les modèles de détecteurs de chaleur :

    Différents modèles de détecteurs de chaleur sont présents sur le marché, disposant de fonctionnalités diverses et pour tous les budgets. Tous les modèles sont équipés d’un bouton de test, permettant de vérifier le bon état de fonctionnement du produit.

    Vous pouvez retrouver des détecteurs de chaleur interconnectables, reliés par liaison filaire ou radio, échangeant les informations en cas d’alerte. Tous les détecteurs de fumée ou de chaleur reliés sonneront donc en même temps afin d’alerte tous les occupants du logement.

    Où placer mes détecteurs de chaleur ?

    Les détecteurs de chaleur s’installent dans tous les endroits déconseillés pour l’utilisation d’un détecteur de fumée. Cela représente les pièces du logement où l’ont peut retrouver beaucoup de poussière, de la fumée de cuisson, ou de pot d’échappement. Installez donc vos détecteurs de chaleur dans le garage, la cuisine, la salle de bain, …

    Un détecteur de chaleur se place au plafond ou en haut d’un mur, de préférence au centre de la pièce.  L’air chaud étant plus lourd que l’air froid, il sera nécessaire de placer le détecteur afin d’être au plus prêt de la chaleur afin de donner l’alerte au plus tôt.

    Quelles sont les normes pour les détecteurs de chaleur ?

    Aucune norme n’est obligatoire pour les détecteurs de chaleur en France. La norme NF apporte une sécurité supplémentaire quant au suivi de fabrication du produit mais n’est en aucun cas obligatoire.

  • Détecteurs de gaz

    Le détecteur de gaz est un instrument de mesure indispensable pour les ménages possédant une chaudière à gaz, ou encore une gazinière dans la cuisine ou les professionnels dont les locaux peuvent être exposés à ce gaz. Ces détecteurs de gaz pourront détecter les fuites de différents gaz. En cas de taux de gaz trop élevé dans l’air, vous serez averti et vous pouvez ainsi évacuer avant que le gaz se propage.

    Les détecteurs de gaz sont utilisés pour surveiller l’atmosphère d’installations dans lesquelles la présence de gaz dangereux peut émaner. Les cuisines avec gazinière ou les usines peuvent être facilement touchées par ces risques d’explosion ou d’intoxication. Ils peuvent aussi, être utilisés autour d’installations frigorifiques fonctionnant à l’ammoniac, de stockages de gaz dangereux pour la santé (chlore…), inflammables (gaz naturel…) ou d’installations thermiques (monoxyde de carbone).

    Il existe différents types de gaz : le Gaz Naturel, le Butane, le propane ou le GPL (gaz de pétrole liquéfié). Avant de choisir un appareil de détection, assurez-vous qu’il dispose des capacités pour repérer une fuite de gaz approprié.

    Quels sont les endroits à risques ?

    • Les Chaudières et générateurs de chaleur
    • Les Chauffe-eaux, cuisinières et fours à gaz
    • Les Bouteilles de gaz
    • Les Garages et lieux de stockage
    • Les Raccords, conduites & tuyauteries

    Les modèles de détecteurs de gaz :

    Différents modèles de détecteurs de gaz vous sont proposés, vous permettant de choisir le produit le plus adapté à votre logement. Certains modèles fonctionnent sur 230V et d’autres sur 120V, et permettent de vérifier le taux de gaz présent dans le logement.

    Où placer mes détecteurs de gaz ?

    Les détecteurs de gaz s’installent à hauteur des voies respiratoires, à 1m minimum du sol. Le gaz se mélange à l’air et peut provoquer des intoxications sévères, pouvant entrainer un décès rapide. Il est important de les placer aux endroits les plus sensibles et exposés aux risques de présence de gaz.

    Vérification du détecteur de gaz

    Les détecteurs de gaz sont susceptibles d’être altéré par des influences extérieures telles que les températures trop basses ou trop hautes, l’humidité, ou encore des gaz interférent. Ils doivent donc être vérifiés au moins une fois par an.

par page
Résultats 1 - 12 sur 69.
Résultats 1 - 12 sur 69.